constellation tatsu

Sur ces chroniques, je ne m'intéresserai qu'au label californien Constellation Tatsu, un label qui ne produit que des cassettes, plutôt orientées vers les musiques expérimentales et électroniques, genre ambient et drone. Il est temps de ressortir les ghetto blasters! Sinon, rendez-vous sur bandcamp où toutes ces cassettes sont en écoute.

Alexandre Navarro - Sketches (Constellation Tatsu, 2012)

Autant le dire tout de suite, je ne suis pas vraiment fan de ce genre de musique électronique. Une suite de samples et de boucles plutôt ambient et minimales, des nappes douces (et parfois mielleuses) qu'on qualifierait certainement de post-rock si c'était instrumental, mais qu'on préfère classer dans l'ambient expérimental puisque ce sont des manipulations de samples... Je ne veux pas non plus cracher sur ces 13 Sketches, entendons-nous bien, la musique de Navarro est singulière, sensible et précise, on pourrait même dire inventive tant les univers sonores et les collages sonores de ce guitariste parisien sont intimes et particuliers. Seulement, je ne suis pas vraiment sensible à ce genre d'univers lisse, uni, parfois mielleux, malgré l'aspect aventurier de Navarro qui n'hésite pas à utiliser des field-recordings et des boucles parfois sombres et mélancoliques. Vous êtes tristes, d'humeur mélancolique, vous avez envie d'écouter un truc pas trop prise de tête, créatif et doux, c'est peut-être pour vous.

gimu - a silent stroll on sombre st. (constellation tatsu, 2012)

Avec l'artiste sonore brésilien gimu, nous sommes là encore dans de l'ambient minimale, mais cette fois beaucoup plus sombre et crade. Car gimu use à profusion de disques usés, des disques et des samples qui craquent et qui crachotent. L'ambiance est lourde, sombre, et c'est sans compter sur les samples qui sont souvent manipulés à la manière de Lescalleet, des musiques populaires ralenties jusqu'à en devenir glauques et spectrales. Vous vous rappelez les ambiances particulières de Godspeed You! Black Emperor, et bien gimu les reprend à son compte pour les transformer en longues nappes sombres et malsaines qui semblent enregistrées dans une cave crasseuse et puante. Car ces longues nappes mélodiques et mélancoliques ne cessent de craquer, d'être voilées par un filtre opaque et tacheté de sueur et de crasse. gimu ne rigole pas, mais pleure. Pleure sur un passé révolu qui ne laisse présagé qu'un futur insensé. Résultat: une musique magnifique et sensible, une atmosphère unique et inventive, mais qui nous plonge dans un sentiment de mélancolie lourde et de déréliction. Je ne peux que recommander cette sombre suite d’œuvres noires et volontairement vieillies comme une pellicule de film trop usagée. 

Billy Gomberg - Into The Fade (Constellation Tatsu, 2012)

Cette dernière cassette est une suite d'oeuvres récentes du musicien américain Billy Gomberg (qu'on a déjà pu entendre entre autres aux côtés d'Anne Guthrie et Richard Kamerman). La première face est constituée d'une unique pièce vraiment absorbante. Un long drone pour synthétiseur analogique. Une superposition de nappes analogiques qui apparaissent très, très progressivement, très lentement. Le temps est dilaté, comme les intervalles entre les notes, qui semblent provenir d'un vieil orgue électrique déglingué et désaccordé. Les couches se superposent donc, et entrent en résonance les unes avec les autres. En résonance disais-je? non en vibration, car la tension entre chaque nappe entraîne la plupart du temps une sorte de ressac sonore, une dissonance subtile et légère, envoutante et hypnotique. "Loom" est une pièce qui joue sur l'étirement et la dilatation du temps, ainsi que sur les interactions dissonantes entre les couches sonores: une pièce magnifique qui se conclut sur une touche trip-hop déstructuré inattendue! La seconde face travaille sur les mêmes sonorités, vieillies, saturées et dissonantes, mais avec un aspect plus mélodique et plus doom, post-rock, dark-ambient et stone que drone. Cinq pièces assez courtes, toutes sombres et lentes, atmosphériques et froides sans être trop abstraites (grâce aux éléments harmoniques qui surgissent). Plus on avance dans cette suite, plus le son devient saturé et l'univers oppressant, Billy Gomberg parvient ainsi à créer un univers psychoacoustique calme et obscur, intense, envoutant et nerveux malgré la lenteur des progressions. Très belles pièces.

Voici les liens pour l'écoute gratuite de ces trois albums:
Alexandre Navarro - Sketches -
http://ctatsu.bandcamp.com/album/sketches
gimu - a silent stroll on sombre st. - 
http://ctatsu.bandcamp.com/album/gimu-a-silent-stroll-on-sombre-st
Billy Gomberg - Into The Fade (Constellation Tatsu, 2012)
http://ctatsu.bandcamp.com/album/into-the-fade

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire