WANDELWEISER UND SO WEITER (Another Timbre, 2012)

Volontairement, je ne ferai pas de Top X de l'année 2012, même si cette formule présente des avantages pour ceux qui ne suivent pas l'actualité avec autant d’assiduité - on devrait plutôt dire "de fétichisme" - que moi... Cependant, s'il y a bien un disque incontournable paru en cette fin d'année, c'est ce coffret monumental nommé Wandelweiser und so weiter et publié par les bons soins de Simon Reynell pour le label anglais Another Timbre. Je ne dirais pas que c'est mon disque préféré de l'année, mais d'un point de vue éditorial, c'est certainement l'évènement le plus important de 2012.

Six disques, un livret où est retranscrit une longue discussion entre Michael Pisaro (un des plus grands compositeurs de Wandelweiser), Antoine Beuger (fondateur du collectif), Dominic Lash et Philip Thomas (deux des interprètes réguliers des œuvres de nombreux compositeurs affiliés à Wandelweiser), sept heures de musiques consacrées aux œuvres des membres de ce collectif international et des musiciens qui l'entourent. Deux pièces de John Cage, une de John White, et bien sûr des œuvres de Pisaro, Manfred Werder, Antoine Beuger, Radu Malfatti, Jürg Frey, Eva-Maria Houben pour ne citer que les plus célèbres. C'est aussi l'occasion de présenter certains musiciens moins diffusés ou moins connus pour leur composition: Sam Sfirri, Jason Brogan, Stefan Thut, Dominic Lash, Angharad Davies, Anett Németh, Taylan Susam, Phil Durrant, James Saunders. Le tout interprété par une pléiade de musiciens géniaux: Angharad Davies encore, une grande partie des compositeurs eux-mêmes (peut-être même la totalité), Dominic Lash, Dimitra Lazaridou-Chatzigoga, Patrick Farmer, Daniel Jones, Ferran Fages, Anett Németh, Alfredo Costa Monteiro, Philip Thomas, le Set Ensemble, l'edges ensemble, et j'en oublie, car la liste est déjà trop longue pour que vous y prêtiez encore attention.

Un coffret vraiment imposant, difficile à chroniquer aussi. Étant donné sa longueur, je n'ai pas pu tout chroniquer d'un coup, je l'ai chroniqué sur deux mois disque par disque, en les prenant indépendamment les uns des autres (les liens vers chacune des chroniques sont en bas de cette introduction). Ce n'est pas forcément le choix le plus judicieux, mais c'était le plus simple pour moi. Parlons-en d'ailleurs de sa durée. Sept heures de musique souvent silencieuse, minimaliste, ou réductionniste, on a beau se complaire dans les musiques extrêmes, je ne crois pas être le seul à trouver ça trop long, malgré le nombre incroyables de pièces excellentes. Car si ce coffret présente les compositeurs dans toute leur diversité, dans toutes leurs dissemblances, c'est aussi leur ressemblance et ce qui les rapproche qui est mis en avant. Ce qui rend l'écoute de ce coffret plutôt difficile à tenir sur la longueur.

Ceci-dit, au vu du nombre de réalisations/actualisations/interprétations encore inédites, c'est bien un coffret à recommander à tous les amateurs de Wandelweiser, auntant qu'aux néophytes qui pourront découvrir l'univers Wandelweiser de manière plutôt exhaustive. Voici une des premières compilations réussies que j'entends. Une compilation où toutes les œuvres se parlent et se répondent, une compilation avec un véritable but esthétique et promotionnel, et où chaque œuvre est choisie avec soin. Bien entendu, un coffret hautement recommandé.

[informations, interviews (Sam Sfirri, Stefan Thut), notes du livret + de nombreux extraits: http://www.anothertimbre.com/page145.html]

Disque 1: http://improv-sphere.blogspot.com/2013/01/wandelweiser-und-so-weiter-confluences.html
Disque 2: http://improv-sphere.blogspot.com/2013/01/wandelweiser-und-so-weiter-crosscurents.html
Disque 3: http://improv-sphere.blogspot.com/2013/01/wandelweiser-und-so-weiter-drifts.html
Disque 4: http://improv-sphere.blogspot.com/2013/01/wandelweiser-und-so-weiter-eddies.html
Disque 5: http://improv-sphere.blogspot.com/2013/01/wandelweiser-und-so-weiter-undertows.html
Disque 6: http://improv-sphere.blogspot.com/2013/01/wandelweiser-und-so-weiter-upwellings.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire