S/S Motsol - Parallel Pleasures (Creative Sources, 2011)


A la base, il y avait le duo Motsol, soit Ståle Liavik Solberg à la batterie et Stine Janvin Motland à la voix. Pour Parallel Pleasures, le duo s'est enrichi de six nouveaux musiciens afin de quasiment former un orchestre: Per Zanussi à la basse, Klaus Holm (saxophone alto & clarinette), Eivind Lønning (trompette), Hild Sofie Tafjord (cor anglais), Børre Mølstad (tuba), et Nils Henrik Asheim (piano). Ce qui nous donne maintenant l'octet S/S Motsol...

Avant de mettre ce disque je dois dire que j'étais encore un peu réticent. Encore une formation de jeunes musiciens norvégiens pratiquant l'improvisation libre, encore un ensemble assez large d'improvisation collective, je sentais déjà venir un disque constitué d'une longue improvisation chaotique et hargneuse, etc... Mais je me suis très vite réjoui en fait. Non que ce soit très original, mais ces huit musiciens proposent ici une suite de dix pièces plutôt courtes où les dynamiques varient, ainsi que les couleurs, les ambiances et les formations instrumentales. Du duo voix/percussion qui ouvre le disque aux improvisations collectives en passant par la section rythmiques seule, des duos ou des trios, un large éventail de possibilités est exploré au travers de ces "géométries variables". Des possibilités instrumentales mais également plus formelles ou musicales, car S/S Mostol peut aussi bien nous proposer une musique très réactive et énergique, dans une ascendance très free, que des passages proches de l'architecture sonore calme et contemplative, où l'octet agence des blocs de matière, l'octet se sert aussi bien de la musique striée que lisse, de lignes mélodiques avec accompagnement rythmique que d'improvisation collective avec absence de hiérarchie, de sons déterminés ou indéterminés, de techniques étendues et de phrasés idiomatiques.

En bref, une très belle suite d'improvisations variées, créatives, vraiment puissantes lorsqu'elles sont jouées sur un mode énergique, riches et inventives lorsqu'elles sont plus minimalistes. Une suite vraiment prenante.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire