La Morte Young [LP]

LA MORTE YOUNG - sans titre (Dysmusie/Up against the wall/Motherfuckers!, 2013)
Réunion de trois projets français, La Morte Young regroupe les membres de Nappe, Talweg et Sun Stabbed. Donc oui, c'est rock, et c'est noise encore. Minimaliste aussi comme le laisse entendre le jeu de mot avec La Monte Young. Mais surtout, pour du rock noise, français qui plus est, c'est vraiment pas mal.

La première face pose l'ambiance. Une guitare grasse et lourde, saturéee et lente, une batterie puissante et posée, des cris lointains, profonds et mélancoliques, beaucoup de larsens (de la guitare, à l'électronique) dans le fond ou devant selon les moments. On retrouve l'ambiance crade des Dead C, un son saturé, dur et obsessionnel, mais c'est surement moins sale et plus profond que le son des Néozélandais ; on peut aussi y entendre l'humour de Pere Ubu avec la partie électronique. Cette première face navigue sur des terrains qui flirtent avec le drone et l'ambient : c'est posé, linéaire, sombre et déchiré, on avance lentement et surement vers des territoires toujours plus bruitistes.

C'est sur la seconde face que les références rock et minimalistes s'effacent de plus en plus. La Morte Young explore le son, l'énergie, avec un son rock toujours, mais plus proche de l'énergie harsh noise que de ce qu'on appelle habituellement le noise rock. Avec cette deuxième face, on pense plus aux rencontres entre Keiji Haino et Merzbow, à tous les groupes de free rock, aux rencontres entre Paal Nilssen-Love et Lasse Marhaug. La batterie est beaucoup plus nerveuse et présente, la guitare est plus chaotique, énergique et bruitiste, la voix n'est plus lointaine mais noyée sous les flots harsh de larsens et de distorsions, alors même qu'elle est toujours plus véloce et puissante. Reste que les instrumentistes sont en plein assaut sonore, un assaut qui semble difficile à maîtriser, mais qui est lumineux.

Car oui, la recherche sonore de La Morte Young est vraiment poussée, ils possèdent un son comme on en entend rarement, et ils semblent avant tout passionné par cette recherche sonore. Ce groupe est bien sûr rock, avec des influences évidentes et omniprésentes du noise et du free jazz, mais il n'empêche qu'il ne lésine pas sur la volonté d'explorer des territoires sonores neufs tout en faisant du rock. Du coup, le résultat est un rock sauvage et brutal, ok, mais surtout rafraîchissant et recherché, qui vaut largement le coup d'oreille.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire