Guitare à l'honneur 4

Bien sûr, depuis plusieurs décennies pour l’un et depuis plusieurs années pour l’autre, le Japon et la Suède sont reconnus pour être des terreaux très fertiles au niveau du free jazz et de la noise. Mais un pays dont on parle moins et qui possède également plusieurs scènes intéressantes de musiques innovatrices, c’est le Canada, et plus particulièrement le Québec. On connaît bien le platiniste Martin Tétrault, mais c’est à Rimoulski, autour du bassiste Eric Normand, que gravitent également de nombreux musiciens intéressants.

Ainsi, sur Tour de Bras, label dirigé par Normand justement, on trouvait récemment quelques courts CD très innovants. Le premier est allochtone, un quartet formé par Sylvie Chenard (guitare, erhu, voix, électronique), Alexandre Dubuc (contrebasse, électronique), Cathy Heyden (saxophone, objets, électronique), et Rémi Leclerc (batterie, percussions, électronique). Ici, ces quatre musiciens proposent une musique singulière et innovante de musique qu’on pourrait peut-être qualifier de post-eai, mais du post-eai teinté de rock et de jazz, de free et de noise. La guitare ici est rarement rock, moins que la basse en tout cas, il n’y a pas d’effets, et Sylvie Chenard n’hésite pas à utiliser des accentuations jazz. C’est plutôt la section rythmique qui est souvent lourde et grasse et apporte une touche de rock et de vivacité à ces neuf courtes pièces ; en plus de l’électronique abrasive omniprésente. Quant au saxo, il joue la plupart du temps dans un mode très free-rock à la Zu et compagnie.

Je décris en gros à quoi ça ressemble, et ça ne paraît peut-être pas très original dis comme ça, mais il faut écouter dans le détail cet album qui fourmille de détails innovants et de superpositions esthétiques inédites. Il faut entendre la voix ténue de Sylvie Chenard accompagnée d’électronique discrète, de contrebasse lyrique, ou de souffles au saxophone ; de même que les impros jazz sur fond d’électronique harsh, ainsi que la touche discrète de rock qui est omniprésente sur ce disque.

Feldspar est un autre excellent disque publié sur le même label et qui se déploie sur un terrain proche du quartet précédent. Ce trio est composé de Matana Roberts au saxophone alto, Sam Shalabi à la guitare, et Nicolas Caloia à la contrebasse. Cette autre formation québécoise est similaire dans la mesure où elle se situe également à la croisée du rock et du jazz, mais de manière encore plus claire je trouve. D’une part, il n’y pas d’électronique, ce qui renforce l’identité des instruments. Et d’autre part, on retrouve le guitariste Sam Shalabi qui est surtout connu pour ses projets rock et electro-rock aux côtés d’une saxophoniste et d’un contrebassiste qui évoluent principalement dans les milieux jazz.

Shalabi et Caloia sont les deux musiciens les plus ouverts de ce projet, et évoluent indifféremment entre les voies suivies par le groupe, qu’elles soient plus binaires, répétitives et rock, ou plus ternaires, accentuées et swinguantes. Matana Roberts ne quitte pas trop par contre un mode de jeu et un phrasé beaucoup plus jazz, avec les mêmes accents et intonations. Elle est moins ouverte d’une certaine manière, mais elle fait très bien ce qu’elle fait, et c’est aussi bien qu’elle s’y cantonne un maximum je trouve. Son phrasé est rond, dansant, virtuose, intense, bref, elle assure. Quant à Shalabi, parce que je m’intéresse surtout aux guitaristes dans cet article, il pose parfois des nappes avec pas mal de distorsion, il peut aussi improviser un solo plutôt jazz, ou faire des soli moins swing avec plus d’effets qui se rapprochent plus de solo rock, jazz-rock.

Les compositions sont originales et variées, chaque musicien a sa singularité et apporte sa touche personnelle au son de groupe qui est aussi innovant. Je préfère encore ce trio car il assume pleinement ses influences et en joue avec virtuosité et talent. Du lyrisme et du swing du jazz à l’intensité du rock, en passant par la spontanéité de l’improvisation libre, tout est conservé dans ces sept pièces très prenantes, volontairement idiomatiques mais innovatrices et créatives.

NG4 QUARTET – A quartet for guitars (CD, Mikroton, 2014)
KEITH ROWE, KURT LIEDWART, ILIA BELORUKOV – tri (CD, Intonema, 2014)
JOHN RUSSELL & STÅLE LIAVIK SOLBERG – No Step (CD, Hispid, 2014)
MICHAEL PISARO – harmony series 11 – 16 (CD, Wandelweiser, 2007)
MANUEL MOTA – Sings (CDR, Headlights, 2009)
MANUEL MOTA – ST13 (CDR, Headlights, 2014) 
MANUEL MOTA – Blackie (CDR, Headlights, 2014)
HONG CHULKI, TETUZI AKIYAMA, JIN SANGTAE – 01 (CD, dotolim, 2014)
CHRIS ABRAHAMS & MIKE COOPER – Trace (CD, Al Maslakh, 2013)
LUNT – water belongs to the night (CD, We are Unique!/Tremens Archives, 2014)
OTOMO YOSHIHIDE & PAAL NILSSEN-LOVE – sans titre (CD, Jvtlandt, 2014)
SYLVIE CHENARD, ALEXANDRE DUBUC, CATHY HEYDEN, REMI LECLERC – allochtone (CD/téléchargement, Tour de Bras, 2014)
MATANA ROBERTS, SAM SHALABI, NICOLAS CALOIA – feldspar (CD/téléchargement, Tour de Bras, 2014)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire