JOHN BUTCHER

John Butcher - Bell Trove Spools (Northern Spy, 2012)

Autant que ceux d'Evan Parker, les soli de John Butcher font partis depuis longtemps de mes expériences musicales les plus intenses. La virtuosité, la profondeur et la musicalité de ces performances ont toujours été une nourriture musicale essentielle pour moi. C'est donc avec plaisir que j'ai redécouvert une nouvelle expérience solo de JB, que je n'avais pas entendu seul depuis les Resonant Spaces publiés en 2008.

L'avantage du solo réside certainement en grande partie dans l'intimité et la proximité auxquelles on est confronté. Le musicien peut déployer tout son talent et sa créativité sans être déterminé ou contraint par d'autres musiciens. C'est particulièrement enthousiasmant dans le cas de JB qui se plaît à se confronter à de nombreuses situations. Après, ce n'est pas parce qu'il s'agit d'un solo que ces deux performances sont pleinement spontanées, car l'espace d'enregistrement et de représentation, ainsi que le choix des instruments, inspirent et déterminent tout autant l'improvisation qu'un groupe de musicien. Ce que nous démontre aussi JB sur Bell Trove Spools...

Sur les dix pièces qui composent BTS en effet, cinq ont éré enregistré à Houston, avec pour instrument le saxophone ténor uniquement, puis cinq autres un an plus tard à Brooklyn pour saxophone soprano cette fois.  Dans les deux cas, JB se plaît à utiliser les paramètres acoustiques du lieu de performance, il laisse souvent de courtes notes incisives se réverbérer dans toute la profondeur de la salle. Il explore le lieu et l'espace comme son instrument. Une exploration en profondeur, qui veut saisir toutes les potentialités et les possibilités: résonances des murs, du tube du saxophone ou de ses clefs, de son propre corps aussi, vibration des anches, de la colonne d'air mais aussi du corps du performer. Le tout à l'aide toujours de nombreuses techniques étendues et de multiples modes de jeux, comme on s'en doute: souffle continu, harmonique, multiphonique, flatterzunge, slaps, attaques incisives, variatons extrêmes d'intensité, mise en résonance de la salive, jeu sur l'embouchure, etc...

Ceci-dit, on connaît à peu près tous le talent et la virtuosité de JB. On sait jusqu'où son exploration des saxophones ténor et soprano peut aller. Mais là, un autre paramètre semble se rajouter à ses enregistrements précédents en solo. Ces deux soli, en effet, paraissent basés sur des structures et des formes plus solides, plus claires. Même si elle est tout aussi extrême dans l'exploration des timbres, la musique de JB semble cependant moins abstraite et clinique aujourd'hui. Une forme se dégage, forme qui le rapproche de la musique pour l'écarter d'une approche à tendance bruitiste-réductionniste. Des strcutures qui laissent apparaître un talent pour la composition (spontanée, non-écrite). Lors de ses improvisations, JB ne se laisse pas submerger par le présent et se confronte à une vision globale de chaque pièce, une forme dessine chaque improvisation, forme qui nous submerge et nous envoute d'autant plus. Une attention aussi sensible au local qu'au global, ausSi sensible au présent qu'au déroulement général du temps. Une approche savante et ingénieuse où le détail est considéré avec autant d'importance que la forme dans laquelle il s'insère, sans que l'un ne prime jamais sur l'autre.

En bref: j'adore et je conseille vivement.

(informations & extraits: http://northern-spy.com/products-page/john-butcher-bell-trove-spools/)

john butcher - liberté et son : à nous trois, maintenant
guillaume belhomme & guillaume tarche - abécédaire john butcher
(le son du grisli, 2012)

Le site web le son du grisli, consacré aux musiques improvisées, expérimentales et au free jazz,  a dédié une bonne partie du mois de novembre 2012 au saxophoniste londonien John Butcher. A cette occasion, de nombreuses chroniques sur leur site, ainsi que la parution d'un hors-série sur John Butcher en version papier. Deux livrets de 40 pages agrémentés de nombreuses photos et où l'on peut trouver deux textes.

Le premier est un texte de John Butcher lui-même qui s'explique sur sa pratique. Notamment, sur la part de liberté et de spontanéité à laquelle le musicien peut faire appel lors d'une improvisation. Sur ses contraintes et ses choix imposés par l'environnement sonore et les musiciens qui l'entourent. Mais aussi sur le "son" en tant que constituant fondamental de la personnalité, de la "voix". JB s'explique également sur les "techniques étendues", expression et concept qu'il désapprouve, sur les limites et les vertus des collaborations et du travail en solo au sein de la musique improvisée. Plus de nombreux commentaires parfois analytiques sur quelques musiciens comme Derek Bailey, The Sealed Knot, Sachiko M, le Schlippenbach/Parker/Lovens trio, et différents projets auxquels il a pu participer tout au long de sa carrière. Un texte édifiant sur sa pratique instrumentale, musicale, et sur son rapport théorique à l'improvisation et aux composantes sonores des musiques nouvelles.

La suite est un abécédaire proposé par deux écrivains du son du grisli. Un abécédaire libre et hétéroclite à l'image du musicien auquel il est consacré. Un abécédaire où certains concepts ("Apophonics", "Spectral", "Oubli", Quarks") voisinnent avec des chroniques musicales ou présentations de projets ("Resonant Spaces", "The Contest of More Pleasures", "News From the Shed"). Y sont présents aussi de courts articles sur des sujets plus généraux comme le "Feed-back", le "Ténor" ou encore la "Harpe" ainsi que la présentation de musiciens importants dans l'histoire de JB (comme "Prévost" et John "Stevens").

Petit livre original qui permet d'aborder avec facilité et de manière assez complète les multiples facettes d'un des plus grands improvisateurs londoniens et d'un des plus talentueux saxophonistes qu'on ait connu.

http://grisli.canalblog.com/tag/John%20Butcher

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire