bug incision 2

BENT SPOON DUO - with & without Allison Cameron (bug incision, 2013)
Le Bent Spoon duo est composé des deux membres fondateurs du label bug incision : le contrebassiste Scott Munro et le batteur Chris Dadge. La particularité de ce duo est de ne pas utiliser batterie et contrebasse, leurs instruments respectifs, sauf les percussions peut-être, mais encore, de manière très anecdotique. Dans la tradition canadienne la plus radicale, le Bent Spoon duo joue une musique dilettante et chaotique, qui n'est pas sans évoquer les terroristes sonores et instrumentistes amateurs du Nihilist Spasm Band.

Sur ces improvisations, le duo s'évertue à détruire toutes les esthétiques et tous les idiomes possibles, y compris ceux de la musique non-idiomatique, à travers des explorations soniques originales. On se retrouve face à un joyeux bordel composé de violon, trompette, électronique, cithare, percussions amplifiées, etc. Des instruments joués de manière très archaïque, rudimentaire et spontanée, qui nous plonge dans une atmosphère aussi déroutante et perturbante que mystérieuse. Et il ne s'agit surtout pas de compter sur les kalimba, banjo, microcontact et synthétiseur d'Allison Cameron pour retrouver des repères, car sa présence ne fait qu'augmenter la confusion.

Difficile de se prononcer sur ce genre de musique informelle : j'aime beaucoup l'aspect spontané et archaïque qui a quelque chose de sauvage et de fort ; mais les côtés informels, lo-fi et anarchiques ne facilitent pas l'écoute et détruisent tous les repères. C'est dissonant, sale, bordélique, chaotique, sauvage et très dense, et du coup, ça peut être très apprécié à certains moments comme ça peut rebuter à d'autres; Mais dans tous les cas, ça vaut le détour et le coup d'oreille.

ELWOOD EPPS & JOSHUA ZUBBOT - Land of Marigold (bug incision, 2013)
Land of Marigold est le premier enregistrement des musiciens Elwood Epps (trompette) et Joshua Zubbot (violon), tous deux basés à Montréal. Une instrumentation originale pour un duo qui se veut assez aventureux, pas qui ne l'est pas tellement. Epps & Zubbot explorent parfois des territoires purement sonores, utilisant de nombreuses techniques étendues, mais aussi des territoires harmoniques ou même mélodique (ce qui est le plus réussi). Le dialogue entre les deux musiciens est interactif, la proximité est sensible, surtout lorsqu'ils explorent la superposition de notes ou de timbres continus et l'interaction entre les harmoniques.

Ce duo pourrait être vraiment bien, car tout est présent au niveau de l'écoute et de la virtuosité et/ou de la maîtrise instrumentale. Mais seulement si les idées développées et explorées avaient plus de consistance. L'impression de déjà entendu mille fois ne m'a rarement quitté à l'écoute de ces improvisations, et chaque idée explorée n'avait rien d'absorbante. Encore un disque d'improvisation libre que j'oublierai certainement très vite...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire