Tiziana Bertoncini & Thomas Lehn - Horsky Park (Another Timbre, 2011)


Tiziana Bertoncini: violon
Thomas Lehn: synthétiseur analogique

Tiziana Bertoncini est une jeune violoniste spécialisée dans la musique savante contemporaine, l'improvisation et les rencontres interdisciplinaires, dont l'activité musicale est encore peu documentée en enregistrements. Thomas Lehn n'a pas besoin d'introduction à mon avis, ses projets et ses collaborations au sein de la musique improvisée européenne et américaine sont aussi connus que son approche rudimentaire et old school de la musique. Ce sont presque deux mondes qui se rencontrent sur ce disque: une jeune artiste italienne et un vieux geek allemand (ou extraterrestre, j'ai toujours des doutes).

Une rencontre surprenante et intrigante donc, car elle a réellement su dépasser et intégrer ces univers pour en former un nouveau, également riche et créatif. Sur Horsky Park, l'intérêt repose en grande partie sur la notion d'équilibre: des intensités, des timbres, du silence, de l'analogique et de l'acoustique, de la microtonalité et de la tonalité. Il y a de nombreuses alternances, de nombreuses pauses, des ruptures fracassantes, des intentions et des énergies variées. Tour à tour ou simultanément, le violon se fait rauque, agressif, grave, léger, brut, sensible, silencieux ou bruyant; et à Thomas Lehn donc d'équilibrer ces modes de jeux avec des interruptions parfois rustres et sales, ou pures et synthétiques, décoratrices, rythmiques ou mélodiques, etc. à moins que je n'ai tout inversé. L'équilibre est très bien géré entre le synthétiseur et le violon qui s'opposent autant qu'ils se confrontent tout en s'assimilant (comme avec appréhension parfois).

Fait étrange cependant, c'est que ce qui fait la force de ce duo, tout particulièrement sur Galaverna, en constitue aussi la faiblesse. Je m'explique: dès que Lehn et Bertoncini trouvent un équilibre, ils n'en font que peu de choses, il est sans cesse rompu, brisé et fracturé pour partir à la recherche d'une nouvelle dynamique, ce qui est parfois frustrant, et ne manque pas, souvent, d'ôter de l'intensité à chaque forme d'équilibre. Mais ce jeu de dynamiques et d'intensités courtes et multiples, d'un point de vue plus global, forme aussi, petit à petit, une sorte de rythme et d'énergie qui redonne de la vigueur et de la consistance à ces improvisations. De plus, cette multiplicité de fractures dynamiques est énormément renforcée par la diversité des origines et des instruments des deux musiciens; Lehn, avec son timbre et son énergie si particuliers (proche d'un extraterrestre sous acide qui jouerait à Pacman), les idiomes issus de la tradition écrite ou non et les recherches sonores de Bertoncini, tout ceci forme un univers très singulier et original, neuf et rafraîchissant.

Chacun est venu muni de son bagage instrumental, de son passé musical, de ses recherches et de ses trouvailles, et Horsky Park a su conserver toutes ces histoires pour en former une troisième issue de leur rencontre, un troisième univers où des connections improbables peuvent se tisser sans difficulté. Deux pièces riches en trouvailles sonores et dynamiques, centrées sur une interactivité marquée par l'urgence et la réactivité spontanée, deux pièces pleines de désirs et de vitalité.

Tracklist: 01-Galaverna / 02-Moss Agate

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire