copy for your records

Mites - Passing Resemblance (Copy for you records, 2012)

Ceci est ma première rencontre avec Grisha Shakhnes, alias Mites, un artiste sonore israélien. J'ai mis quelques temps à passer outre sa nationalité, mais une fois qu'on se laisse absorber par son œuvre, il n'y a plus rien qui compte. Une œuvre monumentale, remarquable, sombre et dérangeante. Passing Resemblance est une suite de trois pièces aux structures déséquilibrés et aux titres étranges ("you can come and shake my hand"/"comfort"/"why elephants are not allowed to cross a bridge") - qui n'expliquent surtout pas la démarche de Mites. A l'intérieur de ce disque, beaucoup de field-recordings, manipulés et étouffés, distordus et ralentis, qui semblent provenir de cassettes. Hélicoptères, sirènes, coups de feux, tirs de mortiers, radios, prières, paroles, le quotidien d'un pays vindicatif. Mais tout du long, un son lourd, sombre, comme un enregistrement hydrophonique à la Thomas Tilly ou un souffle analogique, field-recordings ou synthèses granulaires? Peu importe, cette ligne apporte une cohésion à des structures pas toujours évidentes (rien que la durée des pièces interroge: 15 minutes, puis 4, et 35 minutes pour finir...). Ceci-dit, la musique est toujours claire, Mites utilise peu d'éléments, il superpose avec une grande sensibilité au son et à son architecture deux ou trois éléments au maximum. Dans un pays dont la réalité est devenue insupportable pour beaucoup, il vaut mieux transformer cette réalité en abstraction. Et Mites produit ici une sorte de musique concrète filtrée et manipulée jusqu'à l'abstraction, dérangeante, qui laisse place à une imagination sombre. On croirait par moments entendre des coups de feux étouffés comme s'ils étaient enregistrés dans une toile de jute au fond d'une cave dissimulée ou d'un bunker. L'ambiance est pesante, obscure, lourde de sens. Mais pas seulement. Car les constructions sonores de Mites sont remarquablement absorbantes, ce sont des plongées immersives à l'intérieur du son et de quelques unes de ses propriétés abstraites. Une suite puissante d'immersions sonores et de constructions abstraites, où Mites sait jouer avec facilité et douceur des différentes dynamiques du son. Recommandé.

Informations et extraits: http://cfyre.co/rds/pgs/cfyr010.html

David Kirby - Cittakarnera (Copy for your records, 2012)

David Kirby est un artiste sonore originaire d'Atlanta, créateur du superbe netlabel homophoni, et dont la musique se situe plutôt dans une veine eai. Son travail est aujourd'hui principalement axé sur les cassettes audios (en partie parce qu'il en avait apparemment marre de passer autant de temps sur un ordinateur...). Pour cette longue pièce de 70 minutes, Kirby utilise donc comme principale source quatre enregistreurs cassettes. On y trouve des chants d'oiseaux, des bruits méconnaissables, des chansons de pop, de rap, de musique électronique, de classique, des musiques de films, du métal, etc. La liste est longue, très longue, autant que le disque j'ai envie de dire. Car c'est assez difficile de digérer ce collage et ces manipulations (ralentissement de la bande, accélération, lecture à l'envers, distorsion, amplification du souffle, "scratch") pendant aussi longtemps. Kirby a produit pour ce disque un gigantesque collage magnétique, assez linéaire et monotone, qui a parfois du mal à retenir l'attention... Après, il y a des passages vraiment jouissifs, intenses ou puissants, forts et osés, mais c'est tout de même inégal dans l'ensemble, et la démarche, le collage systématique de sources parfois incongrues et inattendues, lasse au bout d'un moment. Un disque talentueux mais peut-être un peu trop ambitieux.

Informations et extraits: http://cfyre.co/rds/pgs/cfyr007.html


Bryan Eubanks/Jason Kahn - Energy (Of) (Copy for your records, 2012) 

Enregistré en live, Energy (Of) est une pièce d'une quarantaine de minutes présentées par deux grands compositeurs électroniques: Bryan Eubanks et Jason Kahn. Le premier utilise un système électronique fait maison, tandis que le second use de larsens, de table bouclée sur elle-même, d'un synthétiseur analogique, de micro-contacts, etc. Autant le dire tout de suite, ça ne rigole pas! 

La performance tend vers la musique aux effets psychoacoustiques avec murs de bruit blanc, larsens vigoureux, crépitements abrasifs, tension violente, puissance maximum. Ceci-dit, il ne s'agit pas de harsh noise comme on pourrait le croire. Pas tout le temps du moins. Car le duo Eubanks/Kahn sait jouer sur les reliefs et les différentes dynamiques. Une improvisation savamment construite avec ses silences, ses espaces aérés, puis saturés, ses murs de son, et ses instants éthérés et minimalistes de souffles légers. Une musique en dent de scie qui rend chaque instant violent d'autant plus intense. Car chaque passage calme n'est pas gratuit, la tension est toujours, ce n'est qu'un calme avant la tempête. Les deux sculpteurs sonores paraissent aussi à l'aise et précis lors des passages minimalistes que lors des assauts sonores. Et quels assauts! La violence de Kahn et Eubanks peut être franchement renversante. Les murs de son prennent aux tripes, tendent chaque muscle du corps de l'auditeur. Des oreilles à l'intégralité du corps en passant par le cerveau bien sûr, la tension et l'intensité d'Energy (Of) soufflent l'auditeur dans son intégrité, traversent tout le corps et le transforment en une boule de nerfs ambulante.

Une traversée organique et dangereuse à travers des résidus sonores aux allures industrielles et apocalyptiques. Une épopée tendue, non plus vers son origine, mais vers un futur sombre, incertain, et dévasté. Les oreilles prennent chers, l'esprit aussi. Amateurs de noise et de construction sonore savante et précise, vous y trouverez votre compte. Recommandé!

Informations et extraits: http://cfyre.co/rds/pgs/cfyr011.html

4 commentaires:

  1. hmmm un phrase m'intrigue un peu... peut tu expliquer stp ? "J'ai mis quelques temps à passer outre sa nationalité" ...???

    RépondreSupprimer
  2. hmmm comment dire sans passer non plus pour un faf... j'aurai toujours du mal à admettre l'existence de cet état (une pure fiction politique, un rêve d'illuminés qui a tourné au cauchemar). je n'irai pas jusqu'à accuser toute la population israélienne, mais j'ai parfois du mal à admettre qu'on reste dans ce pays, habiter implique une part de contribution à ce qui se passe (chacun travaille, produit de la valeur, etc.), contribue à l'existence de ce pays qui ne devrait pas exister pour moi. j'ai du mal à "passer outre" car j'ai du mal à accepter une production "israélienne" par peur de participer à l'existence de cet état. mais quand je dis que je ne peux "passer outre sa nationalité", c'est avant tout la "nation" que je n'accepte pas, pas l'individu - et je comprends qu'il ne puisse pas partir d'israel aussi facilement, il a certainement ses raisons de rester - mais je reste quand même méfiant...

    opinions grossièrement et partiellement résumées, mais j'espère que tu vois ce que je veux dire

    RépondreSupprimer
  3. i'm not here to argue with you or deny the atrocities my country does to palestians, but i wish you took a less dogmatic and more realistic position. i guess most jews still live here because they have nowhere else to go (i guess by this time most of them have been born here). at this point, and this country is not political fiction, but something that for good or bad has to be accepted, or we won't get anywhere. some things can't be turned back, but maybe they can be changed for better. i am one of those who disagree with the zionist dogma, but will i really make things better by leaving? just my point of view, i have no wish to go into arguments.

    but anyway, thanks for the review. i might not really like the word "monumental", but it is interesting to see someone trying to connect my music to my origin, something that seems to be expectable, but not something i have seen yet. i don't think much about these things when i record, but i guess the everyday turmoil has made it's way into the music.

    all the best,
    Grisha.

    RépondreSupprimer
  4. Julien, j'aime beaucoup tes textes mais là je trouve que ta position quant à Israël relève d'un anti-sionisme grossier et mal informé. Les juifs ont été persécutés et chassés depuis des siècles. Comme le dit Grisha, ils n'ont nulle part où aller et aujourd'hui encore, l'antisémitisme est féroce, partout. La création de l'état d'Israël, sur le papier, est une excellente chose. On sait ce qui s'est produit par la suite ; je le déplore tout comme toi. Croire que les Palestiniens sont des enfants de coeur, c'est de la naïveté : ils sont responsables tout autant. Le problème, c'est l'imbroglio géopolitique qui les pousse à se battre pour un territoire et qui a chassé les uns au profit des autres. Si tu te renseignais vraiment sur ce qu'est le sionisme, tu verrais que ce n'est pas l'annexion de la terre d'un peuple par un autre : c'est la recherche d'un territoire pour un peuple qui n'en a jamais eu parce qu'il a été chassé de partout. Je ne veux pas faire des Juifs des victimes à toute force mais on ne peut pas non plus en faire des bourreaux. (Je précise que je ne suis pas juif pour un sou et que leur cause ne me concerne absolument pas personnellement.) Au plaisir de te lire (tu n'es pas obligé de publier ce commentaire, c'est une réaction à chaud, comme ça).

    RépondreSupprimer