tim olive duos



Tim Olive/Alfredo Costa Monteiro – 33 bays (845 Audio, 2012)

Premier enregistrement du label japonais 845 Audio, 33 bays réunit deux pièces enregistrées en studio à l’occasion d’une tournée japonaise de Tim Olive (où il réside désormais) et d’Alfredo Costa Monteiro. Le premier utilise une guitare électrique à une corde, et le second un dispositif d’objets électro-acoustiques. Le même dispositif peut-être que celui utilisé sur le dernier enregistrement du duo Cremaster (en compagnie de Ferran Fages), car les textures explorées tout au long de ces deux pièces y ressemblent étrangement. Tim Olive et ACM sculptent la matière sonore dans son vif, le métal transformé en électricité résonne dans l’espace neutre du studio, les cordes deviennent percussions industrielles, les imperfections électriques et électroniques se métamorphosent en matière sonore à composer et à structurer, en matière de sculpture. Des textures variées, qui peuvent être très fortes, calmes, contemplatives, granuleuses, lisses, planes, profondes, en dents de scie. Graduellement et progressivement, on passe d’une matière sonore à une autre sans rupture, on passe d’une intensité et d’une densité à une autre de manière linéaire. Il ne faut rien brusquer, mais le son est en mouvement constant selon une structure narrative qui lui est propre. Comme si le son racontait son histoire de manière autonome.

33 bays est un album aux textures abrasives souvent, un album sombre qui ne rigole pas et raconte une histoire crue. Mais c’est surtout la facilité avec laquelle on passe d’une texture à une autre, la manière lisse et respectueuse de passer d’une couleur à une autre, qui m’ont le plus émerveillé. Deux pièces hautes en reliefs, qui tiennent l’auditeur en haleine grâce à son aspect narratif tout en utilisant des sonorités extrêmement abstraites. Deux pièces où chaque idée est explorée le temps qu’il faut, où on prend le temps de s’immerger dans le son, de l’explorer en profondeur dans toute son intimité. A nouveau, ACM révèle son génie et sa sensibilité à sculpter la matière sonore, et cette collaboration avec Tim Olive ne fait qu’enrichir les possibilités sonores à explorer et la matière sonore à construire. On ne peut que souhaiter une suite à cette collaboration.

(je n'ai pas encore pris le temps de l'écouter, mais un premier enregistrement de ce duo avait déjà été publié en version digitale gratuite à cette adresse: http://zeromoon.com/releases/alfredo-costa-monteiro-tim-olive-a-theory-of-possible-utterance-zero125/ )



Kikuchi Yukinori + Tim Olive – base material (TestToneMusic, 2012)


Deuxième enregistrement du duo Kikuchi Yukinori/Tim Olive, base material regroupe huit pièces assez courtes pour un total d’environ trente minutes de musique. La musique de ce duo semble s’intéresser principalement aux ambiances, et chacune des pièces forme huit univers électroacoustiques divers. A l’aide de micro-contacts de guitare électrique, d’électronique analogique et d’ordinateurs, le duo produit des univers sonores sombres et ambient, souvent linéaires et proches de certaines formes de drone. Il y a quelque trouvailles ou ambiances réussies ou intéressantes, mais dans l’ensemble, les pièces sont trop courtes et pas assez explorées pour se faire une idée précise de la musique proposée. Ce n’est pas mauvais, mais les idées ne sont malheureusement pas assez développées pour laisser le temps aux auditeurs de s’immerger dans les univers sonores produits tout au long de ces huit morceaux. Même si j’ai pas mal apprécié les couleurs et les univers proposés – assez originaux et singuliers pour la plupart -, le manque de développement enlève tout de même toute l’intensité de ces univers qui paraissent alors manquer de profondeur.

(quelques pistes sont en écoute ici: http://testtonemusic.bandcamp.com/album/base-material-digest)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire