Graham Stephenson/Aaron Zarzutzki – Touching

GRAHAM STEPHENSON/AARON ZARZUTZKI - Touching (Erstwhile, 2013)

De Graham Stephenson, je me rappelle son solo pour trompette et microphone qui exploitait une amplification extrêmement proche et physique du cuivre dans sa version réductionniste. De Zarzutzki, je me rappelle vite fait d’une double cassette de son duo avec Nick Hoffmann où chacun explorait de la matière sonore abstraite et lo-fi. Je n’étais donc pas réellement surpris par ce duo expérimental d’improvisation sauvage et rugueuse.

Car chacun à leur manière et avec leurs instruments (Graham Stephenson à la trompette et au micro ; Aaron Zarzutzki au synthétiseur et microphone) les deux musiciens continuent d'explorer la même méthode de jeu. Une forme éclatée et chaotique, basée sur les ruptures énergétiques, sur la diversité des dynamiques, et un jeu constant sur les textures abrasives et granuleuses, volontairement dégueulasses et très proches de la source sonore. Le synthétiseur est avant tout le véhicule de l’électricité, la trompette un corps résonant, les deux musiciens se servent de leurs instruments comme d’objets voués à la perte et à la destruction. Et qui se concentre aussi de manière très sensible sur la physicalité du son, de la source sonore, et du mode de diffusion. Car à travers la mise en avant de l’électricité, l’insertion de micro (contacts ?) dans le pavillon, un enregistrement très fort et du coup très localisé, Stephenson & Zarzutzki produisent une musique viscérale, qui joue aussi bien sur la physique des sons acoustiques, électroniques, que sur la présence du silence.

Il y a quelque chose de franchement nihiliste dans cette musique. Une sorte de précipitation dans la perte et la destruction, aussi bien de la forme, que du son, ou de l’instrument. Mais un nihilisme égocentrique, où l’individualité, l’intuition, la spontanéité et l’imagination de chacun sont remises au premier plan – de manière beaucoup plus radicale que dans l’improvisation libre peut-être. Car la prise de son très rapprochée, si elle met en avant la physicalité du son, met aussi en avant le corps et la personne des musiciens. A travers les souffles, les crépitements, et les hésitations, ce sont bien Stephenson et Zarzutzki que l’on perçoit, non médiatisés par des codes et des normes esthétiques et formelles. Une musique archaïque d’une certaine manière (purement sonore en fait), mais très en avance sur le rapport au son et à l’improvisation. C’est brut, sauvage, violent, extrême, granuleux, abrasif, crade et primitif : très bon. 

Avec ce duo, plus le Anne Guthrie/Richard Kamerman ainsi que le Joe Panzner/Greg Stuart, c'est une nouvelle série consacrée aux jeunes musiciens expérimentaux qui s'annonce très prometteuse. A suivre avec les duos J.P. Jenkins/David Barnes, Tucker Dulin/Ben Owen, Kevin Parks/Vanessa Rossetto, et Reed Evan Rosenberg/Ethan Tripp...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire