Fabrice Favriou - Phases

FABRICE FAVRIOU - Phases (creative sources, 2012)
J'avais vu il y a quelques temps un concert de L'échelle de Mohs, dont je me souviens seulement qu'il m'avait scotché, sans trop me rappeler pourquoi. C'était ma première rencontre avec Fabrice Favriou, un musicien français que je n'ai pas réentendu depuis, et que je découvre avec Phases.

Le principe de ce disque est simple, il s'agit d'une suite de six pièces pour un harmonium bien endommagé. Des défaillances qui font tout l'intérêt de ces six drones différents. Car ce sont elles qui produisent chacune des pulsations mécaniques, des variations microtonales, des sonorités inattendues qui parcourent cette suite. Fabrice Favriou joue autant sur la pression de la soufflerie, que sur les défaillances de l'instrument. L'enregistrement est très proche, la proximité des micros et de l'instrument interpellent, on est constamment plongé à l'intérieur même des anches libres, plongé dans un chaos très organisé d'harmoniques, de mécaniques et de souffles pulsés. Un intérêt pour les parasites OK, mais aussi et surtout pour l'instrument lui-même. Du coup, Favriou met bien en avant les multiples possibilités offertes par les pédales, toutes les modulations de pression de l'air possibles, une richesse qui rend cet instrument si expressif. Mais là il ne s'agit pas forcément d'expression, il s'agit plus d'une exploration systématique (qui n'est pas froide pour autant) du corps de l'instrument, de ses mécaniques, de ses timbres et de ses résonances ; du corps, des organes et de l'enveloppe de l'harmonium.

A travers six drones hypnotiques et obsédants, qui fourmillent des microvariations sans jamais progresser (pas de manière linéaire en tout cas), Fabrice Favriou propose une sorte d'étude surprenante et aguichante pour harmonium, une étude sous la forme de drones envoûtants et extrêmement riches. Très beau travail sur l'instrument, contre toute forme forme de virtuosité (même si la sensibilité et la richesse des variations peuvent s'apparenter à une forme de virtuosité), et contre toute forme de fétichisme sur l'instrument.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire