Fire Room - Second Breath

FIRE ROOM - Second Breath (Bocian, 2013)
Pour la plupart des lecteurs de ce blog, les trois membres de Fire Room ne leur seront pas inconnus (si ce n'est la formation elle-même, qui a sorti son premier disque en 2008). Certains, comme moi, les ont par ailleurs peut-être déjà trop entendus. Bref, ces trois musiciens, ce sont Ken Vandermark (saxophone ténor & clarinette), Paal Nilssen-Love (batterie) et Lasse Marhaug (électronique).

Voilà, tout est dit, rien qu'à voir ces noms, ceux qui les connaissent savent déjà largement à quoi s'attendre. Deux pièces d'improvisations ultra énergiques, nerveuses, et puissantes. Des blocs de bruit blanc saccadés, des cris de saxophone, des peaux torturées par les blasts. Le tout avec de nombreux breaks, des ruptures qui ne sont là que pour donner encore plus de puissance à ce qui suit. Les trois papes ultra prisés de la noise et de l'impro, on les connaît, on connaît leurs méthodes aussi. Rien de surprenant, mais voilà, il se trouve que je reçois ce disque au bon moment, j'ai un peu l'impression de revenir en arrière, mais ça fait un bien fou d'entendre ces explosions de violence et cette énergie incendiaire. Et puis si Vandermark et Nilssen-Love ont tendance à tourner en rond et à se répéter, au moins ils le font bien, avec la meilleur volonté du monde et en mettant dans cette musique viscérale tout ce qu'ils ont à donner. Et encore, c'est sans compter sur Lasse Marhaug, qui a le don pour ne pas laisser indifférent, le don de toujours placer au bon moment, au moins attendu, des pics électroniques abrasifs et intenses qui produisent toujours plus de puissance, mais qui a aussi le sens de la forme, un sens un peu plus aiguisé que dans le free jazz.

Une musique qui prêche les convaincus certainement avec ce troisième album (paru en CD et en vinyle), mais qui reste toujours de qualité. Pour les fans de ces trois musiciens, ce sera peut-être un indispensable, pour les autres je le conseille quand même si vous n'avez pas encore fait d'indigestion.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire