David D. McIntire - Landscape of Descent

DAVID D. MCINTIRE - Landscape of Descent (Irritable Hedgehog, 2013)
David D. McIntire est un compositeur américain qui a fondé le label Irritable Hedgehog, un organe de diffusion des musiques minimaliste, post-minimaliste et électroacoustique. C'est sur son propre label qu'une de ses compositions récentes a été récemment publiée, une pièce électroacoustique intitulée Landscape of Descent.

En quelques mots, cette oeuvre est une longue composition d'une heure basée uniquement sur des enregistrements de cloches de noël. McIntire a composé cette pièce de manière assez linéaire, il n'y a jamais d'interruptions brusques, mais ce n'est pas statique. La pièce évolue progressivement d'un territoire sonore (et psychologique) à un autre, d'un paysage sombre à un paysage aéré par exemple. Ces évolutions se font toujours de manière douce et progressive, les filtres sont légèrement accentués, les équaliseurs ou la réverbération s'imposent lentement mais surement. Le titre est assez révélateur à cet égard, il s'agit bien de paysages sonores particuliers qui sont dessinés tout au long de cette pièce, mais la descente et la notion de mouvement sont tout aussi importantes que les paysages. McIntire a su composé ici un équilibre entre les différents territoires soniques et le mouvement qui les relie : chaque paysage a un caractère fort et prononcé, et on passe de l'un à l'autre sans s'en rendre compte, insensiblement. 

Voilà pour esquisser la forme. Quant au contenu, c'est un peu plus difficile d'en parler. McIntire a donc utilisé des enregistrements de cloches de noël comme je le disais plus haut. La plupart du temps, on ne les reconnait pas nettement, au mieux on distingue seulement qu'une sorte de cloche est percutée par moments. Ces enregistrements sont ensuite mis en boucles, équalisés, flitrés, modifiés, des effets s'ajoutent, etc. Et le résultat est une sorte de masse sonore mystérieuse, un magma parfois léger, parfois très dense et oppressant, mais toujours légèrement mouvant. Les sons entendus semblent provenir d'une dimension parallèle, on les reconnait légèrement mais on sait qu'on ne pourra jamais les entendre tels quels dans la réalité, dans notre réalité. Du coup, les sons engendrés dans cette composition paraissent oniriques, flottants, mystérieux, en un ou deux mots : personnels et intimes ; comme une sorte d'association d'idées à partir de ses cloches. McIntire a créé ici un univers sonore fantasmagorique, qui laisse parfois rêveur, qui peut effrayer ou oppresser aussi, mais qui est toujours intrigant et beau de par sa personnalité et son fort caractère. 

Très belle composition électroacoustique et superbe réalisation de ce jeune compositeur. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire