Miguel A. Garcia, Tomas Gris, Lee Noyes - Asto Ilunno

GARCIA/GRIS/NOYES - Asto Ilunno (Idealstate, 2013)
Publié sous forme de CD et de fichier en téléchargement, Asto Ilunno est une improvisation électroacoustique de trente minutes réalisée par Miguel A. Garcia à l'électronique, Tomas Gris aux objets et Lee Noyes au piano. Une improvisation assez typique de la génération post-eai en fait. Beaucoup de silence, de l'abstraction sonore pure, un volume assez faible, une absence de narration, etc. Le trio fabrique des sons qui répondent au silence plus qu'ils ne se répondent. Il y a peu d'interaction, mais le trio joue sur la confusion des instruments/outils/objets, sur la confusion entre les sons musicaux, les notes, les sons électroniques, et les bruits (acoustiques ou parasites), et on est quand même face à un son de groupe où chacun essaie d'être le plus proche des autres. 

Garcia, Gris et Noyes font des apparitions brêves, subtiles et discrètes, qui s'enchaînent quand même assez rapidement. Ils ponctuent l'espace et le silence de façon pas forcément musicale, de façon déshumanisée ou non-intentionnelle avec des notes courtes et des registres souvent aigus pour le piano, des larsens de tables granulaires, et des objets non-identifiables. A quelques moments seulement, les interventions se démarquent clairement, mais dans l'ensemble, c'est calme. Le trio joue sur une forme d'improvisation calme, abstraite et épurée. C'est doux et faible d'une certaine manière, même si les interventions et les textures peuvent être agressives et dures dans leur attaque et leur sonorité. Mais de manière générale, durant ces trente minutes, les trois musiciens jouent plus sur les caractéristiques épurées, aérées, et calmes de l'improvisation libre électroacoustique, tout en utilisant des matériaux assez durs. J'aime beaucoup ces ambiances froides et dures, qui se jouent avec assurance et calme, assez typiques des nouvelles improvisations libres qui mélangent objets acoustiques, parasites électroniques et instruments. Ca vaut le coup d'oreille je trouve, à vous de voir. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire