Fred Marty - Ondes Primitives

FRED MARTY - Ondes Primitives (Kadima, 2013)
C'est bien sûr peu commun d'entendre des enregistrements en solo d'un contrebassiste, tant on a longtemps cantonné cet instrument au rôle d'accompagnateur. Je ne vais pas dire que c'est inexistant, notamment dans les musiques improvisées et dans le free jazz, il y en a eu des solos et parfois même des duos que l'on doit à Barre Phillips, Dave Holland, Peter Kowald, ou encore Joe Williamson, Claude Tchamitchian et Joël Grip plus récemment - et j'en oublie encore beaucoup. Mais en tout cas, à chaque fois, la même surprise : comment un instrument aussi riche et profond a-t-il pu rester si longtemps dans l'ombre ?

Et nous voici donc à Ondes Primitives, un solo de musique improvisée réalisé par Fred Marty à la contrebasse. Neuf pièces dédiées chacune à une idée, à une propriété sonore de la contrebasse, à une sorte de thème ou à une atmosphère, quand ce n'est pas tout ceci à la fois. Fred Marty approche sa contrebasse non pas de manière abstraite, mais de manière corporelle, voire organique. Le contrebassiste ne se cache pas derrière une myriade de techniques étendues, mais sa touche et son corps restent présents à travers chaque pièce. Ce que propose Fred Marty durant cette petite heure, c'est une suite dédiée à la contrebasse. Une belle suite, bien réalisée : avec sensibilité, rigueur, précision, virtuosité, et une très grande proximité avec l'instrument.

Après, au-delà de l'amour que Fred Marty semble porter  l'instrument, ce dernier propose tout de même un solo de musique improvisée dans ce qu'elle peut avoir de plus rebutant : des formes non-abouties (même si elles paraissent réfléchies, elles n'offrent pas trop d'intérêt), peut-être une croyance trop forte en la spontanéité, et surtout une complaisance dans la virtuosité et l'étalage de savoir-faire. Ca peut plaire à beaucoup d'amateurs d'improvisation libre et de contrebasse, peut-être, mais je trouve que ça manque de variations et d'intérêt au niveau du travail sur les volumes ou les dynamiques (la suite est assez monotone), ainsi que sur les formes adoptées (qui me paraissent inexistantes ou inconséquentes) - même si je l'accorde ce ne sont pas des paramètres forcément faciles à travailler à la contrebasse. Et même si c'est techniquement virtuose et impressionnant de jouer ainsi, je ne trouve pas beaucoup d'intérêt au niveau sonore non plus...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire