Junji Hirose - SSI-4

JUNJI HIROSE - SSI-4 (Hitorri, 2013)

Junji Hirose est un improvisateur japonais plus connu en tant que saxophoniste (plusieurs disques en solo ont été publiés entre 1980 et 2010) ou comme membre de Ground Zero et du Shibusashirazu Orchestra. Mais parallèlement à son activité de saxophoniste, Hirose  a également commencé à fabriquer des self-made sound instruments (SSI) dans les années 80 à partir notamment de roues de bicyclettes, de débris métalliques, et autres ordures industrielles.

SSI-4  est ainsi un enregistrement d’une performance basée sur ses installations sonores, une performance réalisée en janvier 2013 au Japon. Une installation d’une multitude de matériaux métalliques qui vont des roues aux ressorts, en passant par une inévitable plaque de tôle et divers objets en aluminium ; chacun de ces objets est amplifié par des micro-contacts soigneusement installés, et Hirose les frotte les uns aux autres, les percute et les gratte durant une heure environ.

Le choix des objets révèle souvent une richesse harmonique et même parfois mélodique complètement inattendue. On sent bien que cette installation a été pensée et travaillée durant près de trois décennies car le son de Junji Hirose est unique, profond et précis. Chaque débris et détritus acquièrent avec cette construction une vie musicale inattendue : une vie parois rythmique, parfois légèrement mélodique (car l’installation doit être légèrement automatisée et des boucles la traversent, c’est du moins l’impression qu’on a), mais surtout sonore. Hirose dévoile toute la richesse harmonique et spectrale de chaque objet, d’une manière profonde, attentive et sensible.

Donc oui, le son de cette installation est vraiment unique, riche et profond, les textures et les grains développés par Hirose sont surprenants. Après, toute l’attention est concentrée sur l’exploration sonique et la réverbération dans l’espace, et Hirose ne développe aucune forme, ne fait pas vraiment attention à l’intensité des sons ou à leur dynamique. Du coup, passée la surprise, l’aspect très riche et mouvant des sons d’un côté, la linéarité et la simplicité de la forme de l’autre, on peut vite se lasser de cette forme qui paraît bien pauvre face à la richesse du contenu. Un disque qui semble relever presque uniquement de l’installation sonore et qui peut paraître musicalement pauvre malgré la profondeur de l’exploration sonore. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire