soizic lebrat solo & duo

Soizic Lebrat/Heddy Boubaker - Quasi Souvenir (Petit Label, 2011)

C'est la deuxième fois que la violoncelliste nantaise et le saxophoniste (alto et basse) toulousain proposent un duo sur le Petit Label. Un dialogue de cordes et de souffles en sept parties, ou sept poèmes, ou sept esquisses, ou sept couplets. Car la musique de ce duo n'est pas que musique, il s'agit tout autant de dessins, de constructions littéraires et visuelles, d'un assemblage d'ombres et de lumières, de sons, de bruits et de silences, de rimes et de rythmes... 

Des harmoniques s'envolent tandis que des clés et de courtes basses pointées vers la terre retiennent le dialogue, entre ciel et terre, dans un interstice où la note ne vaut pas moins ni plus que le bruit, où points et lignes se valent, aussi bien que terre et ciel, la terre ou la lourdeur d'une corde et du bois, le ciel ou la légèreté du souffle et du vent. Sauf que le vent peut se faire très lourd quand il s'agit d'un saxophone basse, tout comme la quasi absence de caisse de résonance lors de l'utilisation d'harmoniques peut considérablement alléger le violoncelle.

Mais il ne s'agit pas que de compromis et d'égalité entre les contraires ou les opposés: là où le duo Lebrat/Boubaker ne fait aucune concession, c'est dans l'improvisation. Toute trace de composition semble effacée de ce duo où une spontanéité et une liberté radicales semblent les principaux fondements de la musique jouée et du dialogue engagé. Une effervescence de techniques étendues, une absence de repères musicaux traditionnels, un dialogue aride et abrasif fait de frottements, de grattements, de raclages, de parasites, de souffles, de crépitements, de silences et de bruits. Aucune concession n'est faite à ce niveau, Lebrat et Boubaker ne joue que ce qu'ils doivent jouer, que ce que le corps peut ressentir comme nécessité esthétique, musicale, et poétique. 

Sept pièces assez extrêmes, très denses et riches en timbres et en couleurs. Un dialogue acoustique radical et abrasif, qui navigue sans cesse entre le bruit et le silence, aussi poétique que sensible.


Soizic Lebrat - Cinq esquisses bleu solo du dedans (Petit Label, 2009)

Autre publication de la très bonne série "Son" du Petit Label (partie du catalogue consacrée à l'exploration des timbres et des textures sonores), cinq esquisses bleu solo du dedans est un enregistrement solo de la violoncelliste Soizic Lebrat. Un très beau titre, simple, mais fracturé, à l'image de ces cinq esquisses de Soizic. Si cette dernière est connue dans l'improvisation libre musicale, elle s'intéresse également aux pratiques improvisées interdisciplinaires (danse, théâtre, arts plastiques, poésie et philosophie entre autres) ainsi qu'aux pratiques amatrices, et aux musiques populaires. C'est peut-être de ces deux derniers côtés qu'il faut rechercher la source des nombreux ostinatos qui parcourent cette suite exploratrice. Car à travers les nombreuses techniques étendues utilisées sur ces cinq pièces, à travers ces raclements et ces grincements, à travers cette exploration systématique à l'intérieur du violoncelle surgissent constamment des rengaines et des mélodies, comme échappées d'un héritage multiséculaire. 

Il y a d'un côté une exploration virtuose de l'instrument. Mais également une pratique de l'improvisation libérée du jazz et des nouveaux idiomes propres à l'efi. Une pratique nouvelle qui se trouve dans la continuité d'une improvisation issue d'un long héritage, qu'on pourrait chercher dans les musiques populaires et folkloriques, peut-être jusqu'au moyen-âge. Ceci-dit, Soizic ne se contente pas d'ostinatos et de rengaines populaires, il y a également un héritage plus récent issu des musiques savantes plus contemporaines, et de l'improvisation libre sans aucun doute. A sa manière, sans renier le passé, Soizic Lebrat explore le violoncelle de manière intime, personnelle, et sensible. Mais aussi de manière exhaustive, profonde, et intense. Et en dernier lieu, c'est peut-être la méticulosité qui frappe le plus à l'écoute de ces pièces, avec quelle patience et persévérance Soizic Lebrat explore chaque idée musicale et chaque aspect de l'instrument, jusqu'à ses plus extrêmes limites.

Du très beau travail d'exploration de l'instrument et une conception fraîche de l'improvisation en tant que pratique multiséculaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire