Henrik Munkeby Nørstebø

AS DEAFNESS INCREASES - sans titre (Va Fongool, 2013)
As Deafness Increases est un trio norvégien d'improvisation libre. Sur les trois je ne connais qu'un seul d'entre eux, le tromboniste Henrik Munkeby Nørstebø qui avait déjà sorti un beau solo sur creative sources il y a quelques temps, et il est accompagné ici par Inga Margrete Aas à la contrebasse et Rudolf Terland Bjørnerem à la guitare électroacoustique.

Ce nouveau projet de jeunes musiciens nous propose encore un "subtil mélange d'improvisation et de composition". C'est à dire, une musique très propre et lisse toujours, qui joue par moments sur les clusters et les techniques étendues, puis passe à une forme très aérée qui prend en compte le silence sans trop l'assumer non plus, en passant par des interludes avec mélodies et/ou ostinato. C'est joli, c'est propre, c'est bien fait. Comme toujours. Mais il n'y a rien non plus de très excitant, ça ressemble à de l'improvisation libre très, très consensuelle : sans énergie, sans urgence, sans prise de risque.

Ceux qui aiment les formes d'improvisation proches de Kim Myhr et Xavier Charles aimeront peut-être. Ce trio joue quand même en faisant attention à créer un son de groupe (un son délicat et pointilleux), il fait attention aux textures, à l'interaction, et tout : mais sans trop prendre de risque non plus. C'est doux, bien fait, parfois mielleux, parfois rugueux mais pas trop, mais toujours très attendu et consensuel comme le double solo chroniqué précédemment.

LANA TRIO - sans titre (Va Fongool, 2013)
Quant à Lana trio, il s'agit là d'une formation de jeunes musiciens norvégiens toujours, avec le tromboniste Henrik Munkeby Nørstebø, Andreas Wildhagen à la batterie et Kjetil Jerve au piano. Trois musiciens qui collaborent ensemble ou séparément depuis environ six ans, et qui proposent ici une collection de neuf improvisations libres, usant parfois de partitions graphiques.

Encore une fois, rien de très original, mais j'aime déjà bien plus. Il s'agit d'improvisation libre plutôt énergique, de l'improvisation non-idiomatique avec l'énergie des formations européennes des années 60 et 70. Lana trio explore l'interaction sous sa forme dense et réactive, riche et intense. Clusters, blasts, phrasés secs, un trombone en grande forme qui joue sur la puissance des cuivres, un piano percussif et une batterie énergique. La plupart du temps, il se passe beaucoup de choses, il s'agit d'improvisation collective sans hiérarchie où les instruments n'ont pas de fonctions préétablies, et les trois musiciens mettent toute leur énergie ensemble pour des pièces denses et puissantes. Bien évidemment - partitions graphiques obligent aussi je pense - vitesse et volume se réduisent par moments pour explorer d'autres sonorités, d'autres formes d'intensité, mais c'est assez anecdoctique, et la plupart du temps, le trio joue surtout sur des vitesses et des volumes élevés.

En tout cas, l'énergie et l'intensité se maintiennent, c'est puissant, honnête, bien joué, l'écoute est là. Même si ça sent la redite, une telle énergie me suffit, c'est déjà réjouissant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire