Hum.rec (cassettes)

JOSSELIN ARHIMAN - Grains de table (Hum, 2013)
Troisième publication du label Hum rec spécialisé dans la micro-édition de cassettes noise, électroacoustiques et expérimentales, Grains de table est une suite de quatre pièces pour ordinateur et table de mixage bouclée sur elle-même, réalisée par le jeune musicien poitevin Josselin Arhiman. Ce dernier utilise habituellement le piano et semble plutôt proche du jazz moderne et de la musique improvisée acoustique, des projets en fait très éloignés de ce premier album solo.

Car pour Grains de table, Arhiman est plus proche des univers harshnoise et power electronics que du jazz et de l'improvisation instrumentale. Grains de table utilise en effet de nombreux effets de distorsion et de saturation, des murs de bruit blanc dégueulasse et de larsens qui recouvrent des beats puissants et lourds. La rythmique émerge progressivement, après un chemin difficile à se frayer tant les murs de larsens qui la recouvre sont épais. Mais quel bonheur quand ces beats émergent. C'est lourd, gras, épais comme l'accumulation de larsens, mais cette pulsation, qu'elle soit à l'état latent ou effectif, est ce qui donne toute la cohérence et l'intensité de ces pièces.

Une suite de quatre pièces fortes, crades, épaisses et lourdes, du power electronic pas très original mais franchement efficace et réjouissant.

split ARNO BRUIL/FUSILLER (Hum, 2013)
Au même moment, le label Hum a également publié un split avec Fusiller et Arno Bruil. Je ne connais pas le premier, mais Arno Bruil, outre son projet solo qui tourne pas mal dans l'ouest, fait également partie de France Sauvage, groupe bien connu des scènes alternatives françaises.

Ce dernier occupe la première face de cette cassette avec une longue pièce en plusieurs parties. Chaque partie développe une ambiance particulière qui ne porgresse pas beaucoup, des ambiances assez statiques et répétitives composées de larsens, de field-recordings et de cassettes. Du bruit, du bidouillage, un chant, des mélodies électroniques, et des atmosphères singulières. Ce n'est pas très percutant, mais les univers ont quelque chose d'intime et de personnel, c'est plutôt original et assuré comme travail. Pas mal.
Quant à la face avec Fusiller, il s'agit aussi de samples, de bidouillages, d'électroniques. Le son est plus crade souvent, c'est brut et plus sombre. L'ambiance est post-apocalyptique plus, c'est noir, dévasté et industriel. Une musique de parasites et de recyclage en somme. Industrielle, sombre, parfois glauque, parfois puissante, toujours noisy. Ce n'est pas non plus très excitant, mais comme pour Arno Bruil, ça ouvre de belles perspectives, on a envie d'en écouter plus.

(informations, écoute et téléchargement gratuit sur : http://www.humrec.org/releases.php)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire