André Goudbeek/Lê Quan Ninh/Peter Jacquemyn - Uwaga (Not Two, 2011)

Listening can be one of the greatest pleasure. You must learn to listen because by listening you will learn to see with your mind's eye. You see, music paints pictures that only the mind can see. Open your ears so you can see with the eye of the mind.

C'est sur cette citation de Sun Ra imprimée au dos de la pochette que j'ai découvert ce trio. Il me semble que c'est la première fois que j'entends André Goudbeek (au saxophone alto et à la clarinette basse ici) ainsi que Peter Jacquemyn (contrebasse et voix). Le premier est originaire de Hollande tandis que le bassiste vient de Belgique, chacun a joué avec Fred van Hove et de nombreuses pointures de la musique improvisée européenne (efi). Quant à Lê Quan Ninh, malgré le (relativement) peu de disques qu'il sort, il est une figure incontournable des nouvelles musiques en France, au-delà de sa pratique de l'improvisation et de ses nombreuses collaborations avec Doneda, et surtout une figure incontournable pour de nombreux percussionnistes français tels Mathias Pontevia ou Sébastien Bouhana. Ce trio avait déjà publié quelques enregistrements en 2010, sous la forme d'un quartet avec la pianiste Christine Wodascka.

Sur Uwaga, on peut entendre deux improvisations enregistrées en 2008 à Cracovie. La première, "Attention!", est une longue pièce de presque 45 minutes, où les peintures sonores se succèdent sous forme de motifs dynamiques. Si le trio s'inscrit clairement dans le mouvement "efi", il n'en rejette pas pour autant la puissance et la chaleur du free jazz. Durant toute cette pièce, Jacquemyn ne quittera pas son archet, sa vitesse et la tension de son jeu participe à la dynamique globale du trio, un jeu souvent fort et intense qui varie entre les longues notes tenues de manière instable et une exploration virulente des harmoniques. A ses côtés, André Goodbeek varie aussi les modes de jeux sans pour autant utiliser de techniques étendues, il varie entre les notes tenues et les phrases ou motifs mélodiques, avec toujours beaucoup de puissance, d'intensité, de lyrisme et d'émotions. Puis vient Lê Quan Ninh, un jeu si particulier qui constitue une forme musicale à part entière, une nouvelle forme neuve et personnelle. Le percussionniste frotte ses cymbales à l'aide d'un archet, percute quelques bols sur le cadre ou la peau des toms, martèle les cadres avec insistance, un jeu de timbres plutôt impressionnant et franchement inventif. Mais ce n'est pas le plus important, la puissance de ce mode de jeu réside plutôt dans la concentration sur les dynamiques produites et en cours, car la musique de Lê Quan Ninh tend à mettre en forme de manière sonore et musicale des dynamiques sans presque jamais s'appuyer sur des valeurs rythmiques ou harmoniques. Autre point jouissif et réussi de ces enregistrements, c'est la forme horizontale des lignes dynamiques, chacun produit au fil des 45 minutes une ligne composée par une certaine énergie, et ces différentes lignes se superposent à merveille pour former une certaine dynamique toujours collective, malgré des approches très différentes des idées poursuivies au long de ses lignes par chaque individu. La magie d'une écoute attentive et intense entre chacun de ces virtuoses apparemment faits pour jouer l'un avec l'autre. Quant à ces dynamiques, elles sont souvent puissantes et intenses, fortes et denses, mais la tension redescend régulièrement pour aérer cette magnifique pièce où les motifs dynamiques se succèdent et rebondissent ensuite constamment, mais sans fracture comme l'efi nous y a traditionnellement habitué. La deuxième pièce mystérieusement intitulée "Pasop!" (ça veut peut-être dire également attention, en je ne sais quelle langue par contre), est assez similaire sauf que Peter Jacquemyn joue cette fois uniquement en pizzicato, de manière progressive jusqu'à devenir rythmique, et qu'il semble n'y avoir plus qu'une dynamique, une sorte de long crescendo d'une douzaine de minutes.

Deux pièces réussies à merveille et plutôt originales, une pratique de l'improvisation dynamique vraiment puissante et intense, magique et profonde, qui sait ouvrir de nouveaux horizons selon le souhait de Sun Ra. Et c'est bien l'écoute entre chacun, l'écoute minutieuse et intelligente, prévenante et alerte, qui produit cette magie et cette profondeur hors du commun, cette nouvelle dimension que seuls les yeux de l'esprit peuvent voir. Je suis vraiment heureux du coup qu'on permette également à nos oreilles d'accéder à ces merveilles. Magnifique!

Tracklist: 01-Attention! / 02-Pasop!

1 commentaire:

  1. Tout a fait d'accord avec Julien Héraud: le cd UWAGA est Magnifique.

    RépondreSupprimer