dimanche 16 mars 2014

Ryoko Akama - Code of Silence

RYOKO AKAMA - Code of Silence (Melange, 2014)
[désolé pour la photo d'illustration, c'est la seule reproduction de la pochette que j'ai trouvé sur le net, car ce n'est pas évident de mettre en avant le design réfléchissant...]

C'est la première fois que j'écoute un album de Ryoko Akama, une artiste sonore très intéressée par le silence  et l'électronique DIY (do it yourself). Je ne crois pas d'ailleurs qu'il y ait déjà eu beaucoup de publications de cette musicienne, notamment en solo, mais c'est un plaisir de la découvrir aujourd'hui sur son propre label nommé Melange Editions.

Pour ce disque, Ryoko Akama propose cinq pièces basées sur la transcription matérielle et sonore (l'écriture et le langage) de phénomènes non-matériels et non-sonores (psychologiques surtout). D'après les exemples de partitions disponibles sur le site du label, il semblerait que chaque pièce soit écrite à partir d'un mot japonais, traduit en une sorte de prose qui ne décrit aucun geste ni aucune intention musicale. Les partitions de Ryoko Akama ressemblent plutôt à la transcription textuelle de situations et d'événements naturels, émotionnels ou psychologiques.

A partir de ces textes (qui peuvent paraître déroutant), Ryoko Akama propose une suite de cinq magnifiques pièces très simples. Le silence est une des bases de la réalisation de ces pièces, mais il n'est jamais présent en tant que tel, pas en tant qu'interrutpion du son en tout cas. Le silence de Ryoko Akama est un silence qui appartient au son, qui se joue sur des volumes faibles (mais pas tant que ça non plus) capables d'accepter l'environnement extérieur sans s'effacer non plus. Il s'agit de cinq pièces d'environ dix minutes chacune, basées à chaque fois sur un type de son : deux sinusoïdes, un bruit blanc proche du vent, un larsen très doux, etc. Avec des éléments sonores très simples, Ryoko Akama parvient très justement à recréer des états émotionnels précis. C'est étrange car en soi, la musique est très abstraite et minimale, et pourtant, elle semble en même temps très figurative et concrète : on ressent immédiatement de nombreuses émotions, les images et les scènes naturelles surgissent instantanément dans l'imaginaire de l'auditeur.

C'est difficile de dire précisément à quoi la musique de Ryoko Akama tient. Comme pour le langage, on peut se demander comment tel mot (qui n'est qu'un son abstrait) peut évoquer tel phénomène ou telle action ; de la même manière, il y a vraiment de quoi s'émerveiller devant la richesse émotionnelle que peut susciter telle action sonore très minimale et abstraite dans les réalisations de ces cinq pièces. Car ici, à chaque action sonore correspond bel et bien une scène de tempête, une relation humaine, une émotion, un paysage, ou que sais-je encore. Ryoko Akama parvient à signifier de manière presque aussi précise que le langage des événements et des phénomènes non musicaux, d'une manière très belle, riche, subtile, et innovante. Fortement conseillé.

1 commentaire: