Thanos Chrysakis/Wade Matthews/Javier Pedreira - Garnet Skein

CHRYSAKIS/MATTHEWS/PEDREIRA - Garnet Skein (Aural Terrains, 2013) 
Ces derniers temps, le label greco-anglais Aural Terrains s'est plutôt dirigé vers les musiques improvisées réductionnistes et électroacoustiques. Mais au mois de décembre dernier, le label signait un retour à la musique électroacoustique "pure" avec Garnet Skein, un disque encore improvisé, mais beaucoup plus axé sur la composition électronique que sur l'interaction ou la recherche sonore minimaliste. Aux côtés de Javier Pedreira à la guitare, deux habitués de ce label : Thanos Chrysakis (qui le dirige) au synthétiseur, radio, gong et ordinateur, et Wade Matthews à la synthèse digitale & field-recordings.

Le trio propose ici six pièces sans titre où les instruments (gong, guitare), l'électronique (ordinateur, synthétiseur) et les enregistrements s'entremêlent de manière très juste, équilibrée et savante. Les trois musiciens développent des idées sonores composées de sons très variés qu'ils font assez durer pour qu'elles prennent du sens, sans trop en faire non plus et tomber dans une sorte de drone/ambient chiant. Interventions instrumentales espacées et noyées, enregistrements de terrain très inhabituels, nappes synthétiques discrètes et fréquences granulaires forment des sortes de nuages sonores composés de plusieurs strates égales les unes aux autres. Le trio joue alors sur les durées, les dynamiques, les progressions atmosphériques et les narrations linéaires. On n'est jamais au même endroit, mais jamais non plus sur un territoire complètement différent. Les musiciens utilisent des sons et des techniques qui changent la texture certes, et de manière plutôt créative d'ailleurs, mais jamais l'ambiance ni l'atmosphère, qui sont toujours les mêmes malgré les différences de dynamique, de timbre, d'intensité et de densité.

Chrysakis, Matthews et Pedreira nous offrent ici six improvisations qui ressemblent vraiment à des compositions électroacoustiques. Les six musiciens savent très bien gérer les notions de dynamique et de progression surtout, mais aussi les timbres et les couleurs bien sûr. C'est inventif, équilibré, savamment "orchestré" et frais. Du bon travail qui change un peu - surtout grâce à la présence de Wade Matthews je pense, qui est toujours à même de surprendre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire